• Chapitre 17 : Retrouvailles

    Bon. Il est temps. Je n'ai que trop repoussé l'échéance. Par peur, sans doute. Peur de ne pas être à la hauteur de ce que l'on attend de moi. Et il a aussi fallu que le temps panse certaines plaies. Mais aujourd'hui, je me sens prête. Prête à reprendre le flambeau que Père m'a confié il y a longtemps, prête à raconter les aventures de la famille Owlblood sous ma tutelle.

    Il faut dire que la mort de mes parents, Matho et Cassandra, laissa un grand vide dans la maison...

    Une vague de tristesse semblait s'être abattue sur nous. Consciente de mon rôle nouveau de matriarche, j'insistais auprès de ma jeune soeur, Sonia, pour qu'elle ne lâche pas ses études. Obéissante, elle se mit à la tâche, mais sans avoir le coeur à l'ouvrage.

    Je me souviens m'être moi-même laissée abattre quelques soirs, et m'effondrer en sanglots. Nos parents avaient eu un tel impact sur nos vies, ils avaient modelés notre famille, nous leurs devions tout, ou presque. Quel sens cela avait-il de continuer sans eux ?

    Heureusement, dans ces moments difficiles, je pouvais compter sur mon cher époux. A défaut de me rendre totalement le sourire, il savait m'encourager et me persuader de ne pas abandonner. Sans sa confiance et sa tendresse, je pense que ma vie aurait été bien différente.

    Et il y avait aussi mon fils, mon petit homme à moi. J'essayais de le rassurer comme je pouvais, et il m'offrait son plus beau sourire en retour.

    Finalement, à force de se serrer les coudes, le sourire revint parmi nous. Sonia, notamment, fut la première à retrouver parfaitement sa joie de vivre. Bien qu'elle ne fut encore qu'une adolescente, elle avait décidé de prendre sa vie bien en main pour réaliser ses rêves.

    Les jours passant, je retrouvais suffisamment d'énergie et de volonté pour me laisser aller et jouer les monstres marins au parc en compagnie de Walter.

    Ce fut lors de cette sortie que je revis mon jumeau Charles. Je lui annonçai la triste nouvelle, mais quelque chose semblait avoir changé chez lui... J'appris qu'il venait de devenir papa de deux petites jumelles ! Cela expliquait certainement le coup de vieux qu'il avait pris...

    En rentrant du parc, je versais une ou deux larmes sur les tombes de Matho et Cassandra...

    Et hasard ou non, le lendemain matin mon ordinateur était sans dessus-dessous. Comme si un esprit malin était venu pendant la nuit...

    L'âge adulte de Sonia arrivait à grands pas. Cependant, je constatai avec satisfaction qu'elle mettait toute son ardeur à ses études, se levant parfois le matin avant tout le monde pour refaire un exercice ou revoir une leçon.

    Mon garçon aussi passait du temps à étudier. Ou plutôt, à tester, observer, recommencer, grâce à sa petite table de chimiste.

    Les sciences n'étaient cependant pas la seule occupation de Walter. Nous essayions de lui donner une éducation pluridisciplinaire. C'est ainsi que je le vis par une belle après-midi, en train d'écouter sagement son père lui raconter une histoire à la mode. Quelque chose à propos d'un sorcier avec une cicatrice au front...

    Ce soir-là fut également le soir de mon anniversaire. Moi qui surveillais ma ligne, telle une enfant transgressant l'interdit parental, je pris un malin plaisir à me préparer un succulent gâteau au chocolat rien que pour moi, hihihi !

    Et voilà ! En un tour de main, j'étais devenue une adulte ! Responsable ? La plupart du temps. Heureuse ? Sans aucun doute.

    D'autant plus que les heures passées devant mon écran d'ordinateur commençaient à payer. Certains éditeurs étaient intéressés par mes créations, et mes livres commençaient doucement à se vendre.

    Ce fut cette nuit-là que ma vision de la vie changea à jamais. En allant rejoindre mon mari et me glisser dans les draps douillets de notre lit conjugal, je tombai nez à nez avec... Mère ! Ou plutôt, une apparition ressemblant à ma mère, Cassandra. Pensant d'abord que mon esprit me jouait des tours, je fus obligée de me rendre à l'évidence lorsque l'ectoplasme s'adressa à moi :

    "Alicia, ma fille, c'est bien toi ?

    - Mè... Mère ?

    - Alicia, ma chérie ! Je suis si heureuse de te revoir !

    - Mais... Mais... Comment est-ce... Par quel miracle !

    - Ah, cela, on nous a interdit de le dire, ma chérie. Mais "on" nous a accordé un séjour ici."

    Stupéfaite et ravie, j'enlaçai le fantôme de ma mère. Elle n'avait aucune consistance physique, mais je sentais sa présence, tout contre moi.

    Ravie de revoir Mère, nous passâmes une bonne partie de la nuit à discuter toutes les deux. J'avais tant de choses à lui dire ! Elle m'apprit que Père était également venu, mais qu'il n'avait pas osé nous réveiller.

    Cependant, Mère me fit promettre de ne rien dire. Chaque habitant devrait faire par lui-même cette découverte. Et puis, si j'étais allée raconter que j'avais vu Mère, mon mari et mon fils auraient certainement cru à un accès de démence... Je fus donc réduite, le lendemain, à observer ma soeur faire consciencieusement son travail scolaire, sans pouvoir lui dire un traître mot. Quelle torture ce fut !

    Mon Walter, quant à lui, défoulait le stress et la mauvaise humeur de la journée sur le gros ours en peluche installé dans sa chambre. Il avait cru ne pas avoir été invité à l'anniversaire d'un camarade, alors que finalement il n'y avait pas d'anniversaire du tout. Tous les autres enfants s'étaient moqués de lui. Les enfants sont parfois bien cruels les uns envers les autres...

    Heureusement, quelques manipulations de fioles plus tard, le stress fut remplacé par l'émerveillement de la découverte et la joie de l'apprentissage. La science semble bel et bien être la voie faite pour mon Walter !

    Mon cher et tendre s'étant rendu compte que la vie de famille l'avait dotée de quelques rondeurs indésirables, il décida de se mettre au sport, et grimpa avec plaisir sur l'instrument de torture, relégué dans mon ancienne chambre. Pour avoir passé des heures sur cette machine, je lui souhaite bien du courage...

    Quant à moi, je m'investissais plus que jamais dans mon travail d'écriture. Mon patron m'avait promis une promotion si j'arrivais à publier quatre livres, et je comptais bien y arriver !

    Déjà épuisé, Grim passa la soirée à lire la suite des aventures du fameux sorcier à son fils. Ah, mes deux hommes ! A chaque que je les voyais ainsi, aussi proches, mon coeur de chamallow fondait de tendresse !

    Cette nuit-là, ce fut au tour de Walter de découvrir les fantômes de la maison et de retrouver avec joie son grand-père. Le lendemain, à peine réveillé il vint me voir surexcité par l'expérience de la nuit pour tout me raconter, avec un plaisir et un émerveillement propre à sa jeunesse.

     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 19 Décembre 2014 à 23:22

    Ah la la ça fait plaisir de retrouver les Owlblood ^^ heureusement que les fantômes sont là pour atténuer la douleur du deuil.
    Très beau chapitre en tout cas :)

    2
    Vendredi 19 Décembre 2014 à 23:43

    Merci beaucoup ! :)

    Oui, il n'était pas question que qui que ce soit meurt avant que les fantômes ne soient dans le jeu ^^

    3
    Samedi 20 Décembre 2014 à 00:41

    Ainsi Walter a quelques prédispositions pour la science... intéressant ! avec un père, ancien sbire de la faucheuse, j'aurais dû y penser! :D

    Et quel plaisir de revoir Mathoo et sa jolie Cassandra et Charles, aussi...

    Alicia, en digne héritière des Owlblood, est merveilleuse, un vrai régal.  

    Encore merci pour ce beau moment! :)

    4
    Samedi 20 Décembre 2014 à 10:13

    Arf ! L'histoire à la mode d'un sorcier avec une cicatrice au front !
    Bon il était temps que les Owlblood reviennent, ils commençaient à me manquer sérieusement !

    5
    Samedi 20 Décembre 2014 à 14:49

    Merci à toutes les deux ! :)

    Après les avoir un peu délaissé (je voulais avancer le legacy sims 3 et écrire le chapitre 23 absolument) me revoilà sur mes Sims 4, et je les ai également retrouvé avec plaisir !

    Comme je suis en vacances, la suite arrivera certainement très vite ! ;)

    6
    Dimanche 21 Décembre 2014 à 22:23

    Quel tristesse, heureusement chacun et là pour soutenir l'autre.

    7
    Lundi 22 Décembre 2014 à 11:47

    Promis, maintenant que les fondateurs sont de retour sous leur forme fantômatique, les prochains chapitres seront plus enjoués ! :)

    8
    Mardi 13 Janvier 2015 à 12:13

    Alicia est parfaite dans son rôle *o*

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :